Compte-rendu de la conférence

Conférence « Les guerres de l’eau, source de conflits planétaires »
Mardi 05 Février 2019

JPEG - 55.5 ko
JPEG - 150.1 ko








Plus d’une soixantaine de personnes sont venues écouter F. Isambert au Centre Fernand Arnaud Fort de son expérience professionnelle, le conférencier aborda le sujet sensible et d’actualité sur « les guerres de l’eau ».
Et au-delà d’une présentation rigoureuse et argumentée, il ne manqua pas avec conviction et habileté, de sensibiliser l’auditoire aux enjeux majeurs que sont la préservation et l’utilisation des ressources naturelles.
La soirée se termina, fort agréablement, autour d’un verre.
En voici le compte rendu proposé par le conférencier




« Dans un monde où progressivement monte la conscience d’une planète de plus en plus fragile, la présentation axée sur la ressource en eau a donné dans un premier temps les grandes lignes du défi : déséquilibre de la répartition de la ressource, croissance de la population, modification des habitudes de consommation engendrant des besoins de plus en plus importants, eau et énergie étant étroitement mêlées. A cela s’ajoute l’inconnue du changement climatique qui transforme les données en variables et rend toute prédiction aléatoire.

Dans un second temps, le contexte juridique des cours d’eau transfrontaliers a été évoqué avec des interprétations du droit variant d’un état à l’autre : droit de « l’amont », droit de l’histoire, l’ONU ayant édicté des règles floues où les aménagements sont censés se faire en causant le minimum de dommages.

Parmi les cours d’eau ayant ou pouvant conduire à des conflits, 4 cas ont été exposés :
Le Nil où, face à une Ethiopie de plus en plus puissante et au développement accéléré, l’Egypte tente de faire valoir ses droits historiques
Le Tigre et l’Euphrate où la Turquie fait peu de cas de la Syrie et de l’Irak, les antagonismes régionaux étant très anciens et l’eau n’étant qu’un des aspects des relations tendues entre les pays
Le Gange et le Brahmapoutre où le parent pauvre est le Bangladesh qui subit l’impact des projets de développement de l’Inde et surtout de la Chine qui est confrontée à une pénurie d’eau et, par son occupation du Tibet, souhaite utiliser le plus grand château d’eau du monde
Le Colorado et le Rio Grande où les Etats-Unis et le Mexique ont mis en place depuis très longtemps des structures de concertation qui peinent à trouver des solutions face aux besoins croissants et au changement climatique

Les défis sont nombreux et les solutions difficiles à entrevoir, les différentes prises de conscience, les économies et les progrès technologiques ne semblant pas en mesure de résoudre durablement le problème.

"L’eau est et restera pendant les prochaines décennies un des défis majeurs de l’humanité. »

GIF - 2.6 ko


Brèves

12 octobre - Conférence de Marc Furnon le 12 Novembre 2019

Conférence « Un regard sur l’héritage reçu des Grecs en physique et philosophie » Le Mardi 12 (...)

16 septembre - Visite du Montpellier Médiéval

Veuillez vous rendre sur la rubrique culturelle pour découvrir les modalités d’inscription pour (...)

11 mars - Visite du Musée Saharien

Aller voir la rubrique culturelle pour découvrir une nouvelle sortie le mardi 09 avril2019 de (...)

3 mars - Compte-rendu de la conférence sur " Les guerres de l’eau"

La Conférence "Les Guerres de l’eau source de conflits planétaires" a eu lieu le mardi 5 février (...)

1er février - Les secrets de Nîmes

Aller voir la rubrique culturelle pour découvrir une nouvelle sortie le 19 mars 2019 proposée (...)